Personnalités: Filtrer par types
Galeriste
Marchand
Collectionneur
*Décocher les types à exclure
Personnalités: Filtrer par spécialités
Antiquités
Archéologie
Art aborigène
Art africain
Art amérindien
Art asiatique
Art du sud-est asiatique
Art esquimau
Art indonésien
Art océanien
Art précolombien
Art tribal
*Décocher les spécialités à exclure
Personnalités: Filtrer par lieu
*Entrer une localisation géographique (un continent, un pays, un état ou une ville)
Personnalités: Filtrer par mot-clé
*Entrer votre mot-clé ci-dessus

Toutes les personnalités couvertes

Tous (127)
A la une (8)
Filtrer par...
  • Type
  • .
  • Spécialité
  • .
  • Lieu
  • .
  • Mot-clé
James Caswell

James Caswell - Hommage

Galeriste
Etats-Unis

James Caswell, s’en était allé ce 10 juin. James se passionnait pour énormément de choses. Après sa famille, son autre grande passion était sa boutique, Historia Antiques, un endroit exceptionnel situé à Santa Monica, débordant de merveilles rares, singulières et uniques en leur genre provenant essentiellement du Mexique et des Amériques. La boutique avait un air d’entreprise familiale, sa fille Sidsie y ayant travaillé à ses côtés pendant de nombreuses années. À la fin de sa carrière, James avait développé un intérêt prononcé pour les mannequins médicaux anciens. À bien des égards, Historia incarnait parfaitement la personnalité flamboyante de James – riche, dynamique et surtout hors du commun. Son dévouement absolu de envers l’art traditionnel mexicain et la période coloniale espagnole était mû par la passion à laquelle il s’est consacré corps et âme. Il était un vrai spécialiste.

Emile Chambon

Emile Chambon

Artiste
Suisse

Il se proclamait « le nègre de Carouge », sans doute une de ses laçons habituelles et provocantes de se distinguer des cercles bien-pensants qu'il devait forcément côtoyer lorsqu'il séjournait à Genève, la ville de Calvin, où il avait son atelier. Le peintre Emile Chambon (1905-1993) était certes très attaché à Carouge, l'ancienne cité sarde aux portes de Genève, où il aurait tellement souhaité que ses oeuvres soient rassemblées dans un musée portant son nom. Hier, sans doute plus qu'aujourd'hui, tout semblait opposer ces deux villes voisines, que ce soit par l'histoire, la religion, les activités et le style de vie de leurs habitants qui, jusqu'à il y a peu, étaient surtout des d'artisans ou des petits commerçants, des ouvriers et des artistes en tout genre...

Célestin Clamra

Célestin Clamra

Collectionneur
Etats-Unis

Dans l’interview suivante, Clamra Célestin nous parle de son engagement de toute une vie dans l’art tribal africain, de son enfance au Tchad et de sa vie actuelle à New York et Paris. Ses premières expériences avec l’art comme instrument de guérison dépassent le champ de ce que les collectionneurs expérimentent généralement. Et ses observations sur les perspectives du collectionneur africain nous donnent matière à réflexion. La vie de Clamra comme collectionneur est sans nul doute un cas d’étude. Depuis ses premières années à acheter de la sculpture africaine contemporaine afin de satisfaire un goût pour l’art jusqu’à sa connaissance pointue de l’art tribal africain, son histoire contient plus de choses que nous n’en pouvons raconter ici. Comme pour beaucoup d’entre nous, il y a eu un moment décisif après lequel il a été à même de reconnaître l’art traditionnel. Dans son cas, cela s’est produit durant son apprentissage avec le célèbre collectionneur Werner Muensterberger. La détermination de Clamra comme collectionneur et gardien des ancêtres l’a libéré des conflits souvent rencontrés sur le chemin de tout collectionneur d’art tribal. Ses mémoires doivent paraître en anglais fin 2017 aux éditions Ohio University Press. La version française, "Fils du ciel : de Kindiri à Manhattan", a été publiée par l’Harmattan à Paris en 2011. Découvrez l'intégralité de l'interview de Clamra Célestin en téléchargeant le PDF ci-dessous ou rendez-vous sur https://youtu.be/Nswxxej4ioA pour en savoir plus!

J. P.  Cobb

J. P. Cobb - Hommage

Collectionneur
Etats-Unis

Jonathan, ou “J.P.”, Cobb était un inlassable collectionneur et un amateur d’art immodéré qui adorait s’amuser. Né et élevé à San Francisco, il était fier d’être un gentleman un peu vieux jeu se plaignant allègrement du monde moderne et jouant des vieux airs de piano démodés dans son salon rempli d’antiquités. Il aimait aussi discuter et débattre, pimentant ses arguments de piques des plus acerbes. Il adorait hanter les salles de vente, les magasins et les galeries d’art pour y découvrir des trésors à restaurer. Ses connaissances des textiles, des antiquités, de l’art asiatique et de l’art tribal étaient immenses. Véritable spécialiste de l’art et de la culture des Yoruba, il lui arrivait même de porter des costumes africains et de danser avec ses masques...

Michael D. Coe

Michael D. Coe

Professeur
Etats-Unis

Michael D. Coe, professeur émérite d’anthropologie Charles J. MacCurdy One de l’Université de Yale, est l’un des plus éminents spécialistes au monde des anciennes cultures de Mésoamérique. Il a mené une longue et fructueuse carrière qu’il initia avec des fouilles archéologiques sur la côte pacifique du Guatemala, une région riche en sites liés au début de la période formative. C’est sur le site olmèque de San Lorenzo Tenochtitlán, sur la côte est du Mexique, près de la ville de Veracruz, qu’il accomplit son grand « travail de terrain », selon ses propres termes. Parmi d’autres prouesses, il creusa la terre à mains nues pour en extraire l’une des sculptures olmèques les plus prisées, Monument 34, d’autant plus célèbre après sa présentation dans l’exposition Olmèques : chefs-d’oeuvre colossaux de l’ancien Mexique, Los Angeles County Museum of Art fin 2010...

Joseph Cornet

Joseph Cornet - Hommage

Auteur
Belgique

J’ai rencontré le père Cornet pour la première fois il y a cinq ans dans son agréable maison de campagne près de Liège, où il passait ses derniers jours. Je fus directement frappé qu’un homme de plus de 70 ans puisse être si acharné sur sa nouvelle machine, son ordinateur, qu’il appréciait tellement. Il l’utilisait pour étudier, archiver et écrire, et il pouvait d’ailleurs parler pendant des heures de cette nouvelle invention qui lui avait tellement facilité la vie. Cela n’aurait pas dû autant m’étonner puisqu’il avait dédié sa vie à l’étude, à l’enseignement et à l’art. Il fut l’auteur de nombreux livres sur l’art africain et ses ouvrages sont aujourd’hui des classiques pour tous les professionnels et les collectionneurs...

Arnold Crane

Arnold Crane - Hommage

Collectionneur
Etats-Unis

Tous ceux qui pénétraient dans l’appartement d’Arnold Crane à Chicago s’apercevaient immédiatement qu’ils se trouvaient en présence d’un collectionneur invétéré. Qu’il s’agisse de bijoux amérindiens, d’armes et de bronzes africains, de cannes et de bâtons de marche en bois européens, de livres ou de ses appareils photo favoris, Arnold abordait ses collections avec enthousiasme et rigueur. Avocat de formation, Arnold était avant tout un formidable photographe. Sa passion sans bornes pour la photographie et son extraordinaire capacité à reconnaître la grandeur d’une oeuvre lui permirent de former une collection exceptionnelle de photographies des XIXe et XXe siècles qui constitue aujourd’hui la pierre angulaire de la collection photographique du Getty Museum. Lorsque la collection de Crane intégra le Getty en 1984, elle comportait plus de mille images de Walker Evans et la plus grande photothèque du monde dédiée à deux grands noms de l’avant-garde : Man Ray et Laszlo Moholy-Nagy.

Yves-Bernard Debie

Yves-Bernard Debie

Collectionneur
Belgique

Avocat spécialisé en droit du commerce de l’art et des biens culturels, exerçant son métier entre Bruxelles et Paris, Yves-Bernard Debie est connu d’un grand nombre des lecteurs de ce magazine en sa qualité d’auteur, depuis plusieurs années déjà, d’articles très célébrés pour notre rubrique « Art et Loi ». Ces derniers mois, il a été l’invité de presque tous les débats, radiophoniques ou télévisés, autour de la question des « restitutions », où il a pu faire entendre sa voix critique sur ce dossier. La passion et la clairvoyance dans l’expression de sa vision du droit auxquelles Maître Debie nous a accoutumés doit autant à son expertise en matière juridique qu’à son amour pour l’histoire et les arts. Tel est du moins notre ressenti, nourri par des conversations fréquentes avec cet homme de loi, capable de réciter du Victor Hugo deux secondes après avoir loué avec justesse le charme de sa dernière acquisition en matière de collection, le tout un verre de grand cru à la main… Ce n’était donc qu’une question de temps pour que nous lui proposions un changement de rubrique et que nous l’invitions à se présenter sous un autre jour, plus personnel. >>> Pour lire l'article dans son intégralité, cliquez sur le bouton "PDF" en rouge ci-dessous.

René & Odette Delenne

René & Odette Delenne

Marchand
Belgique

En juin dernier, le Cleveland Museum of Art a annoncé l’acquisition d’une sélection de sculptures du Congo de la collection de René et Odette Delenne de Bruxelles. Comprenant trente-cinq oeuvres issues de différentes régions et cultures, cet ensemble – acquis par le biais d’un accord de donation / achat – accroît de manière substantielle les fonds d’art africain du musée. La collection Delenne élève la qualité générale de la collection d’Afrique centrale d’un échelon et la place sans aucun doute sur un pied d’égalité avec les meilleures collections muséales de ce type en Amérique du Nord...

Charles & Valérie Diker

Charles & Valérie Diker

Collectionneur
Etats-Unis

Le 4 octobre dernier a marqué un tournant pour le Metropolitan Museum of Art de New York. Ce jour-là, l’art amérindien historique a intégré l’aile américaine du musée dans une nouvelle installation, Art of Native America: The Charles and Valerie Diker Collection. Cette présentation est la première exposition importante d’art autochtone à être installée dans l’aile américaine, consacrée à l’art euro-américain depuis sa création en 1924. Cette initiative, menée en grande partie par les collectionneurs et philanthropes new-yorkais Charles et Valerie Diker, est significative en ce sens que l’art autochtone n’a pas été relégué dans sa propre galerie mais est désormais présenté sur un pied d’égalité avec la peinture euro-américaine, la sculpture et les arts décoratifs, formant ainsi un panorama complet des arts du continent nord-américain. Comme le disent succinctement les Diker, les pièces sont présentées « comme de l’art américain plus que comme de l’art tribal ». Cliquez sur "PDF" pour lire l'article complet.