News: Filtrer par dates
Entre le...
...et le...
News: Filtrer par types
Expositions
Salons/foires
Conférences
Ventes publiques
Signatures
*Décocher les types à exclure
News: Filtrer par thèmes
Antiquités
Archéologie
Art aborigène
Art africain
Art amérindien
Art asiatique
Art du sud-est asiatique
Art esquimau
Art indonésien
Art océanien
Art précolombien
Art tribal
*Décocher les thèmes à exclure
News: Filtrer par lieu
*Entrer une localisation géographique (un continent, un pays, un état ou une ville)
News: Filtrer par mot-clé
*Entrer votre mot-clé ci-dessus

News à la une

A la une (8)
Tous (38)
Filtrer par...
  • Date
  • .
  • Type
  • .
  • Thème
  • .
  • Lieu
  • .
  • Mot-clé
Didier Claes signe sa première participation à AKAA

Didier Claes signe sa première participation à AKAA

Du 09 Nov 2018 au 11 Nov 2019

Didier Claes, pour sa première participation à la foire d'art contemporain et de design dédiée à l'Afrique AKAA, présentera le travail de l'artiste contemporain sud-africain Kendell Geers avec l'exposition « AniMystikAKtivist ». Cette exposition, c’est avant tout une rencontre entre deux mondes, où le passé de la tradition africaine vient se mêler à la scénographie contemporaine. Pour sa deuxième collaboration avec le marchand bruxellois, Kendell Geers va au delà de la question esthétique et éthique, de l’ancien et du moderne. Avec une touche d’humour noir, l’artiste utilise son expérience personnelle en tant qu’Africain blanc et interroge les diverses traditions afro-européennes parmi lesquelles l’animisme, l’alchimie, le mysticisme, les rituels et l’activisme sociopolitique. Un travail politiquement engagé qui propose un dialogue entre les cultures et les peuples. A découvrir sans tarder au Carreau du Temple à Paris.

Masques du Congo

Masques du Congo

Du 10 Nov 2018 au 25 Févr 2019

Dans la grande région congolaise d’Afrique centrale, marquée par une grande diversité culturelle, les masques sont des objets que l’on exhibe lors de rituels, de cérémonies, de cultes et de spectacles. Le Virginia Museum of Fine Arts organisera bientôt une exposition consacrée à ce vaste sujet, Congo Masks: Masterpieces from Central Africa. Cette exposition présentera plus de cent quarante masques congolais dans uns scénographie dynamique mettant à l’honneur le talent de leurs créateurs et rendant hommage aux individus qui les ont portés. Créés entre le XVIIe et le XXe siècle, ces chefs-d’oeuvre sont issus de quelques-unes des collections privées les plus remarquables et exhaustives qui soient. Une douzaine d’entre eux sont accompagnés de leur tenue cérémonielle complète. L’exposition comprend également des documents de terrain – photos, films et enregistrements audio – ainsi qu’une sélection d’instruments de musique associés à la thématique du masque. L’approche multimédia et immersive de l’exposition, qui présente onze styles de masques distincts propres à une région donnée, met en lumière la diversité des écosystèmes et des cultures de ce pays immense qu’est le Congo. Le commissaire de l’exposition est Marc Leo Felix, directeur du Congo Basin Art History Research Center de Bruxelles. Un catalogue publié par Yale University Press regroupe les points de vue de plusieurs experts renommés en la matière.

"L'art du temps" : Vente de la collection Liliane et Michel Durand-Dessert

Du 12 Nov 2018 au 14 Nov 2018

Le 14 novembre prochain, la maison De Baecque et Associés dispersera la Collection Liliane et Michel Durand-Dessert. La vente ne pourrait mieux porter son nom "L'art du temps". Parmi les 192 lots nombreux sont ceux qui possèdent une double qualité esthétique, celle conférée par le sculpteur et celle du temps ensuite. Cette collection composée à quatre mains fut partiellement exposée à Grenoble en 2004 et à la Monnaie de Paris en 2008. Les lots seront exposés à l'Hôtel Drouot du lundi 12 au mercredi 14 novembre. Pour plus de détails, n'hésitez pas à parcourir le catalogue de la vente disponible en ligne : http://catalogue.drouot.com/pdf/266/94416/DeBaecque_14112018_bd.pdf?id=94416&cp=266 ou à contacter l'expert de la vente Pierre Amrouche / + 33 (0)6 81 89 77 68. La vente se tiendra dans la salle 5 de l'Hôtel Drouot le 14 novembre à 14h.

Vente de la collection Patrick et Béatrice Caput

Vente de la collection Patrick et Béatrice Caput

Le 15 Nov 2018

S’il est un nom bien connu des amateurs d’art d’Afrique, d’Océanie et d’Indonésie, c’est bien celui de Patrick Caput. Expert renommé pour l’indépendance et la justesse de son regard ayant collaboré avec de prestigieuses maisons de vente, c’est comme collectionneur toujours assoiffé de nouvelles découvertes et avide de partager sa passion qu’il se présente dans l’introduction de l’ouvrage Arts d’Afrique. Portrait d’une collection (5 continents Éditions, 2016), livre rendant hommage à son goût et à sa sensibilité. Cette quête incessante de beauté s’est également accompagné d’une quête de sens, car pour le couple Caput l’appréciation véritable de l’oeuvre passe par la compréhension intime de toutes ses dimensions, formelle et usuelle, comme le démontre la structure de cet ouvrage, riche en textes de nature anthropologique. L’importance de l’engagement de Patrick et Béatrice Caput dans la collection explique l’émoi suscité par l’annonce de l’étude Binoche et Giquello de la mise en vente de l’intégralité, le 15 novembre prochain, de la collection de miniatures du couple. Statuettes, parures et objets d’usage et d’apparat, les quarante oeuvres tenant pour la plupart dans le creux de la main de la collection Caput s’érigeront en ambassadeurs du grand art d’Afrique, d’Océanie et d’Indonésie. En effet, c’est la statuaire bembé (RDC) dans toute sa splendeur qui donnée à voir dans la statuette provenant de la collection Max Pellequer et dont la douceur des formes contraste avec la force du regard et la fermeté de la pose. C’est la sophistication de l’art des Marquises qui s’exprime dans toute sa puissance dans l’ornement ivipo haut de cinq centimètres que Paul Rupalley, Charles Ratton et Michel Leveau possédèrent avant les Caput. Enfin, c’est la pureté des lignes et le caractère presque sculptural des effets de matières sacrificielles qu’affichent les créations de Kalimantan (Bornéo) que célèbre le petit récipient à poison Dayak de l’ancienne collection Marc Pinto. Quelques pièces de plus grande taille viendront compléter la vente « Miniatures ».

Atea

Atea

Du 19 Nov 2018 au 27 Oct 2019

Le 19 novembre 2018 dans les galeries dédiées aux arts d’Afrique, d’Océanie et des Amériques du MET, démarrera l'exposition Atea: Nature and Divinity in Polynesia. « Atea » est un terme polynésien qui désigne le moment où la lumière serait apparue pour la première fois, donnant naissance à la première génération des dieux. L’exposition mettra à l’honneur l’ingéniosité et la créativité des artistes polynésiens qui s’inspiraient du monde naturel pour matérialiser leur compréhension du divin. Elle présentera quelque trente objets issus de collections privées américaines ainsi que des pièces du Met – sculptures figuratives, étoffes d’écorce peintes, rares objets en plumes, etc. – datant de la fin du XVIIIe siècle jusqu’au XIXe siècle. L’installation permettra aux visiteurs de comprendre un principe fondamental de l’art du Pacifique : le divin n’est pas abstrait, mais bien vivant dans la nature.

Inca Dress Code

Inca Dress Code

Du 23 Nov 2018 au 24 Mars 2019

Le musée du Cinquantenaire prépare sa rentrée en grande pompe avec une exposition événement sur un art précolombien peu connu du grand public et pourtant essentiel : le textile. Si les colonisateurs coururent l’or ou les collectionneurs chérirent les céramiques, les peuples andins d’avant Francisco Pizarro accordaient la plus grande valeur au travail des tisserands et plumassiers, qui produisaient des parures somptueuses aux iconographies truffées de symboles. On parait les momies, on habillait les figurines et un grand soin était apporté aux coloris, aux motifs, au tracé… De la production des textiles et du choix des matières premières à la perduration de ces traditions dans le temps, l’exposition Inca Dress Code fait le tour de la question et permet au passage, de retracer histoire et chronologie des peuples andins. Du 23 novembre 2018 au 24 mars 2019, près de deux cents objets des plus grandes collections ont été réunis pour l’occasion : outre les riches collections en tissus et plumasseries du musée du Cinquantenaire, le musée du quai Branly - Jacques Chirac, le Linden-Museum de Stuttgart ou encore le MAS d’Anvers ont prêté des oeuvres tant sublimes que majeures.

Géométries Sud : du Mexique à la Terre de Feu à la Fondation Cartier

Géométries Sud : du Mexique à la Terre de Feu à la Fondation Cartier

Du 14 Oct 2018 au 24 Févr 2019

La Fondation Cartier pour l’art contemporain se penche sur l’Amérique du Sud et l’art latino-américain. L'institution parisienne s’emploie, avec sa nouvelle exposition "Géométries Sud : du Mexique à la Terre de Feu" à exposer cet art en pleine expansion. Motifs géométriques stylisés venus des cultures de Tiawanahu, traditions tisserandes transportées au fil d’acier, entrelacs colorés des peuples Aymara, architectures inspirées par les photographies ethnographiques de sites mayas ou du Macchu Pichu… les oeuvres créent un dialogue constant entre art ancien et art contemporain, art savant et art populaire, dont les référents sont à chercher chez les peuples précortésiens. Destinée à identifier les sources puisées par ces artistes à la fois dans l’art précolombien et dans l’artisanat des communautés indigènes actuelles, l’exposition trace un parcours entre les périodes, les cultures et les arts.

Ho‘oulu

Ho‘oulu

Du 13 Sept 2018 au 27 Janv 2019

Exposition historique présentée au Honolulu Museum of Art, Ho‘oulu: The King Kalakaua Era s’intéresse à l’art et à l’expérimentation à Hawaï sous le règne du roi David Kalakaua (1874-1891). Ancré dans les valeurs du royaume, le cosmopolitisme – concept selon lequel les entités politiques locales s’inscrivent dans la communauté mondiale, et non dans leur seule partie d’origine – se traduisait notamment dans l’art. Les Hawaïens ont développé un langage visuel mêlant art et politique, caractérisé par des reproductions locales d’expressions artistiques mondiales. Ils ont renforcé une culture visuelle existante au moyen d’une combinaison de matériaux, concepts et techniques indigènes et venus d’ailleurs. L’exposition présente des oeuvres d’art expérimentales aux côtés d’oeuvres académiques afin d’analyser comment l’art d’avant-garde et l’art classique ont contribué à façonner une identité nationale. Composés par des pièces du musée et de nombreux prêts, elle soulève en outre des questions liées à l’adaptabilité, à l’économie et à la vie religieuse tout en se penchant sur la perception que l’on avait d’Hawaï dans le monde au XIXe siècle. L’exposition est accompagnée d’un superbe catalogue et d’une série d’événements organisés par la PA‘I Foundation.

Voir toutes les news récentes (38 elem.)