Livres: Filtrer par types
Catalogues
Guides
Livres
CD's
DVD's
*Décocher les types à exclure
Livres: Filtrer par thèmes
Antiquités
Archéologie
Art aborigène
Art africain
Art amérindien
Art asiatique
Art du sud-est asiatique
Art esquimau
Art indonésien
Art océanien
Art précolombien
Art tribal
*Décocher les thèmes à exclure
Livres: Filtrer par langues
Français
Anglais
Autre
*Décocher les types à exclure
Livres: Filtrer par mot-clé
*Entrer votre mot-clé ci-dessus

Tous les livres couverts

Tous (334)
A la une (8)
Filtrer par...
  • Type
  • .
  • Thème
  • .
  • Langue
  • .
  • Mot-clé
Les Tambours de l’oubli

Les Tambours de l’oubli - (FRANÇAIS / ANGLAIS)

Pascale Bonnemère & Pierre Lemonnier
Au Vent des Iles/the Musée du Quai Branly

Ce livre est consacré aux Ankave, peuple occupant une haute vallée de l’intérieur de Papouasie-Nouvelle- Guinée. En novembre 2006, les leaders politiques ankave ont publiquement donné leur accord à sa réalisation. Dispersés dans l’immensité de la forêt tropicale, ils ne sont pas davantage l’un de ces peuples supposés vivre en harmonie avec la nature. Cet ouvrage couvre de multiples aspects de la vie quotidienne des Ankave (semi-nomadisme, travaux des jardins, visites amicales, routine des repas, démarches matrimoniales, etc.) ou moins ordinaire (cérémonies de deuil, initiations masculines, découverte de l’église ou de la lecture). L’un des objectifs de l’ouvrage est de nous initier à la complexité d’un univers qui reste celui du temps d’avant les Blancs. Illustré de cent vingt-six photographies légendées, prises par les auteurs entre 1982 et aujourd’hui, il ne présente pas d’images « sensationnelles » et vise à donner des Ankave, et des Papous en général, une idée plus conforme à la réalité qu’à nos fantasmes d’Occidentaux en mal d’authenticité.

Life in the Pacific of the 1700s

Life in the Pacific of the 1700s - (ANGLAIS)

Honolulu Academy of Art

Cette documentation exhaustive sur l’histoire des îles du Pacifique a été réalisée pour une exposition présentée d’abord à l’Académie des arts d’Honolulu puis à Canberra, en Australie, où elle se poursuit actuellement. Les trois expéditions d’exploration du capitaine James Cook dans le Pacifique (1768–1779) dépassèrent leur objectif initial et s’avérèrent d’un intérêt inestimable pour le reste du monde. Au cours de ses voyages, James Cook reçut, en cadeau ou en échange, des objets réalisés par les insulaires indigènes bien avant l’arrivée des Européens. Cette compilation comprend plus de trois cent cinquante objets de la succession du capitaine qui, hasard de l’histoire, étaient conservés en Allemagne, à Göttingen. Le volume 1 présente la collection, avec une illustration pleine page pour la plupart des pièces. Il s’agit en majorité d’objets utilitaires : armes, outils du quotidien, bijoux et ornements, vêtements, etc. Classification bien conçue des objets par région et par fonction. Le volume 2 réunit un ensemble de textes exposant le regard occidental sur les îles du Pacifique. Il comprend également des descriptions détaillées des objets présentés dans le volume 1. Le volume 3 est un témoignage de l’identité des insulaires indigènes : leur version des histoires, légendes et poèmes traditionnels offre un point de vue exceptionnel sur leur concept d’identité, aussi importante pour le groupe social que pour l’individu. Les trois volumes se complètent parfaitement et offrent un panorama exhaustif des îles du Pacifique d’hier et d’aujourd’hui. Un article de Stephen Little sur l’exposition et son contexte est paru au printemps 2006 dans TRIBAL.

Links to the Past:
The Work of Early Hawaiian Artisans

Links to the Past: The Work of Early Hawaiian Artisans - (ANGLAIS)

Wendy S. Arbeit
University of Hawaii Press

Links to The Past réunit plus d’un millier d’artefacts hawaïens du XVIIIe et du début du XIXe siècle, issus de plus de soixante-dix institutions et collections internationales. L’ouvrage est divisé en vingt-deux sections typologiques qui sont chacune introduites par un groupe d’illustrations en couleurs accompagnées de citations de sources anciennes, et d’informations historiques et techniques. S’en suivent des dessins au trait (plus de mille quatre cents au total) d’artefacts « pris sur le vif » ou reproduits d’après photo. Ainsi rassemblés, ils nous permettent d’en apprendre plus sur la forme des objets, leurs motifs, leur taille et parfois leur transformation au fil du temps. Ces illustrations détaillées et exactes reproduisent même des motifs de calebasse, de vannerie ou de textile qui sont aujourd’hui presque indétectables à l’oeil nu. Cet ouvrage est unique car il regroupe plusieurs centaines d’objets traditionnels hawaïens dans une seule et même publication. Dans le cas des éventails, des coiffes et des calebasses gravées, presque tous les exemplaires connus sont reproduits. Nombreux sont les objets présentés ici qui n’ont que très rarement, voire même jamais été publiés. Cependant, même si ces dessins sont très fidèles, ils n’arrivent pas à transmettre la sensation d’immédiateté qui caractérise l’art d’Hawaï. Néanmoins, ce livre est une source très appréciable pour tous les lecteurs intéressés par l’étude des motifs traditionnels et les échanges culturels au sein des populations océaniennes.

Lords of Creation
The Origins of Sacred Maya Kingship

Lords of Creation The Origins of Sacred Maya Kingship - (ANGLAIS)

Virginia M. Fields & Dorie Reents-Budet.
Los Angeles County Museum of Art/Scala Publishers

Une couverture originale, un sujet qui ne l’est pas moins, voici un livre qui interpelle immédiatement. Les sociétés urbaines maya installées il y a deux mille ans dans la zone qui recouvre aujourd’hui le Sud du Mexique, le Guatemala, le Bélize, et l’Ouest du Honduras établirent un solide système de royauté sacrée qui permit à cette culture de développer son pouvoir et sa stabilité. Cet ouvrage plonge dans les anciens rituels et les coutumes maya, et suit les schémas de développement de cette population jusqu’à nos jours. Bien documenté et illustré, le livre expose les rituels et les croyances, et invite le lecteur à mieux comprendre certains aspects fondamentaux de la vie maya. Les nombreux chefs-d’oeuvre représentés permettront de mieux connaître cette culture-clé du continent américain. Lords of Creation accompagne l’exposition itinérante éponyme, actuellement au Musée d’Art de Dallas jusqu’au 7 mai, puis au MET de New York du 11 juin au 6 septembre.

L’Allée des Rois

L’Allée des Rois - (FRANÇAIS)

Jean-Dominique Burton
Altitude

Cet ouvrage est une galerie de cinquante-trois portraits reproduits en pleine page - des principaux chefs traditionnels du Burkina-Faso : l'empereur des Mossi, le Mogho Naba Ban oogo, les rois et ministres mossi, les chefs peul, lobi, dagara, djan, gan, senufo, bobo, gouin, marka, samo, bissa, gurtmantché et gurunsi. Revêtus de leurs vêtements d’apparat, tenant à la main un objet marquant leur rang - sceptre, canne ou simple parapluie - ils fixent tous l’objectif avec des regards pleins de sagesse et souvent d’humilité. En introduction de l’ouvrage, Duniwangada Haruna Ouédraogo, fonctionnaire à la retraite, présente le système d'organisation de la chefferie traditionnelle au Burkina- Faso. Puis, à la fin du livre, chaque portrait est repris en vignette accompagnée de la devise du naba dans la langue locale et avec une traduction en français. Toutes sont dans la lignée des proverbes africains à l’image de celle de Zinga Naba de Noaka, chef des fétiches mossi : “La sève de liane ne peut servir de lait maternel à l’orphelin”. Réalisé entre janvier et août 2004 par le photographe belge Jean-Dominique Burton, ce projet photographique a été produit par la société belge Altitude Graphic avec le soutien de la Communauté française de Belgique et du gouvernement burkinabé. L’ensemble de ces images a été exposé en très grand format lors du Xe Sommet de la francophonie à Ouagadougou.

L’Amazonie disparue,
Indiens et explorateurs 1825-1930

L’Amazonie disparue, Indiens et explorateurs 1825-1930 - (FRANÇAIS)

Antoine Lefébure
La Découverte

À la fin du XIXe siècle, des dizaines d’expéditions européennes se sont lancées à l’assaut de la forêt amazonienne. Au prix d’exploits insensés, conduits par une foi sans limites dans les bienfaits supposés du progrès, ces explorateurs ont relevé les cours des mille affluents de l’Amazone, identifié plantes et animaux inconnus, rencontré des tribus indiennes dont personne ne soupçonnait l’existence. C’est cette épopée que retrace Antoine Lefébure, docteur en histoire contemporaine, dans ce livre richement illustré de clichés d’époque, de croquis et de cartes, exhumés des archives des bibliothèques et des musées d’ethnographie. Avec les contributions de Michel Braudeau, romancier, Patrick Menget, ethnologue, Séverine Charon, agrégée de lettres, et Tinka Kemptner, journaliste, cet ouvrage donne aussi à voir les délires et les atrocités de la phase de reconquête du “continent vert” du début du XXe siècle : pacification des tribus hostiles pour poser 5 000 kilomètres de lignes téléphoniques ; fièvre du caoutchouc et réduction en esclavage des populations indiennes ; construction du chemin de fer dont on raconte que chaque traverse représente un cadavre d’ouvrier... C’est une “autre Amazonie” que ce livre nous invite à découvrir, celle d'Indiens tour à tour idéalisés, diabolisés, considérés comme gênants ou comme une main-d'oeuvre à bas prix. Des Indiens qui luttent aujourd'hui pour préserver leur culture traditionnelle et qu'il s'agit de protéger contre les modèles destructeurs de la civilisation moderne.

L’art aborigène

L’art aborigène - (FRANÇAIS)

Howard Morphy
Phaidon

Depuis 40 000 ans, les Aborigènes d’Australie créent des oeuvres qui sont à la fois le reflet des forces créatrices du Temps du rêve et leur principal moyen d’expression identitaire. Le premier chapitre de cet ouvrage s’ouvre sur l’histoire de la colonisation de l’île- continent et la découverte de l’art aborigène. L’auteur analyse ensuite la production artistique en adoptant une démarche thématique. De l’art rupestre à l’art contemporain aborigène, il examine minutieusement la relation de l’art à la religion et au Temps du rêve, l’épopée mythique des grands ancêtres, de l’art comme moyen de survie pour la société aborigène contemporaine ou encore les rituels et l’esthétique liés à ces arts. La collection Art&Idées a pour objectif de replacer l’art du monde entier, de la préhistoire à nos jours, dans son contexte culturel et idéologique. Howard Morphy, professeur d’anthropologie sociale à l’University College de Londres et doyen du Conseil pour la recherche australienne à l’Australian National University de Canberra, est l’un des plus grand spécialiste de l’art aborigène, auteur de nombreux ouvrages de référence sur l’art tribal australien.

L’Art Africain

L’Art Africain - (FRANÇAIS)

J. Kerchache & JL. Paudrat & L. Stéphan & F. Stoullig-Martin & G. Viatte
Citadelles & Mazenod

Publié initialement en 1988, ce livre-monument aura incontestablement fait date. Il y a vingt ans, les auteurs, Jean- Louis Paudrat, Lucien Stéphan, Françoise Stoullig-Marin, mobilisés autour de Jacques Kerchache, tentaient la synthèse qui manquait jusqu’alors sur l’art africain et qui était évidemment attendue dans la collection « L’Art et les grandes civilisations » de Citadelles & Mazenod. Il reparaît aujourd’hui, remanié et enrichi d’une centaine de pièces provenant, pour la plupart, du musée du quai Branly, mais aussi de musées européens ou américains — malheureusement beaucoup d’objets ont été déjà vus et maintes fois publiés... L’approche proposée ici présente l’art africain dans son contexte artistique. Les oeuvres ne sont pas perçues de manière isolée mais confrontées les unes aux autres, ce qui permet d’appréhender, par le jeu des oppositions et des similitudes, la richesse des variations, l’univers dont elles proviennent et ce qu’elles en traduisent. Équilibre subtile entre la somme savante et le très bel album de photographies, ce livre offrent une approche globale sur la sculpture africaine en abordant aussi bien les questions de style que celles des fonctions. Il demeure, assurément, une référence.

L’Art Colon

L’Art Colon - (FRANÇAIS)

Denise & Michel Meynet
Fage

Il est une forme d’art en Afrique longtemps négligée car trop souvent tenue pour anecdotique, voire décadente. Il s’agit de l’art dit « art colon », un art truffé d’emprunts au monde européen – aussi bien du point de vue de l’iconographie que des matériaux et des techniques – inventé au cours des années 1970 en Côte d’Ivoire pour satisfaire la demande d’expatriés à la recherche d’objets témoignant de leur expérience africaine. Pourtant, cet art certes syncrétique peut être compris comme une adaptation de l’art traditionnel à un nouveau contexte afin de garantir sa survie. Ainsi l’entendent Denise et Michel Meunet, auteurs d’une collection d’art colon résolumment ludique et provocatrice et de l’ouvrage s’y rapportant – et dont il est question ici – , dans lequel les objets sont envisagés sous différents angles et avec un regard libre de préjugés, pour que leur originalité soit enfin reconnue... et célébrée!

L’Art du Tapa. Etoffe pour les Dieux. Etoffe pour les Hommes

L’Art du Tapa. Etoffe pour les Dieux. Etoffe pour les Hommes - (FRANÇAIS)

Emmanuel Anati
Insolite

Professeur de préhistoire et collectionneur d’art, Emmanuel Anati découvrit, fasciné, un dimanche de mai 1954, « un morceau d’étoffe, orné de rayures alternées couleur ébène et couleur ivoire » sur un étalage de l’ancien marché aux puces de Portobello à Londres. C’était un tapa provenant du Pacifique, un feutre souple d’écorce battue dont les indigènes se servaient, depuis des temps reculés, comme vêtement, voiles de bateaux et objets de culte entre autres. De cette trouvaille naquit une passion qui devait être à l’origine, bien des années plus tard, de cet ouvrage richement documenté dans lequel l’auteur se livre à une analyse fine et accessible des multiples usages et fonctions du tapa en Océanie