Personnalités: Filtrer par types
Galeriste
Marchand
Collectionneur
*Décocher les types à exclure
Personnalités: Filtrer par spécialités
Antiquités
Archéologie
Art aborigène
Art africain
Art amérindien
Art asiatique
Art du sud-est asiatique
Art esquimau
Art indonésien
Art océanien
Art précolombien
Art tribal
*Décocher les spécialités à exclure
Personnalités: Filtrer par lieu
*Entrer une localisation géographique (un continent, un pays, un état ou une ville)
Personnalités: Filtrer par mot-clé
*Entrer votre mot-clé ci-dessus

Personnalités récemment couvertes

A la une (8)
Tous (118)
Filtrer par...
  • Type
  • .
  • Spécialité
  • .
  • Lieu
  • .
  • Mot-clé
Liliane & Michel Durand-Dessert

Liliane & Michel Durand-Dessert

Collectionneur
France

Fragments du Vivant : de corps sculptés, de l’art d’un continent, d’une passion de collectionneurs... L’exposition qu’accueille La Monnaie de Paris du 10 au 24 septembre dans le cadre du Parcours des mondes 2008, en résume à elle seule l’esprit, orienté vers la recherche et l’élaboration du goût pour l’objet tribal. Fragments du Vivant dévoile, à travers près de cent cinquante sculptures singulières de divers pays d’Afrique, une approche intime de la forme artistique, constamment interrogée et célébrée...

Tim Hunt

Tim Hunt - Hommage

Marchand
Etats-Unis

Tim Hunt a récemment ré-émergé dans le monde de l’art tribal en tant que marchand d’art africain et océanien basé à New York. «Ré-émergé», car il avait débuté sa carrière au département d’art tribal de Christies à Londres en 1980 où il a travaillé avec Hermione Waterfield et Bill Fagg. Il a quitté Christie’s en 1986 pour un long séjour à la Andy Warhol Foundation for the Visual Art à New York où, pendant près de trente ans, il a été conservateur en chef et a dirigé les ventes des oeuvres d’art de Warhol de la fondation. Tout au long de son parcours au sein de la scène artistique contemporaine, qui comprenait sa participation à d’importantes foires d’art annuelles comme Art Basel, Frieze et Maastricht, Tim a conservé un intérêt pour l’art tribal et prenait régulièrement le temps de visiter des foires tribales internationales à New York, Paris, Bruxelles et San Francisco. Tout en aimant sa vie proche de Warhol, le coeur de Tim était lié aux gens et à l’art qu’il avait initialement connus à Londres...
Découvrez l'intégralité de cet article en téléchargeant le PDF ci-dessous !

Bérengère Primat

Bérengère Primat

Organisateur d'expositions
Suisse

Nichée dans le Haut-Plateau de Crans- Montana en Suisse, la Fondation Pierre Arnaud de Lens (Suisse) vient d’ouvrir ses portes à l’Australie, avec une magnifique exposition : "Art aborigène. Territoire du Rêve", qui restera à l’affiche jusqu’au 20 mai 2018. Derrière cette initiative sans précédent dans la région et composée de plus de cent oeuvres se trouve Bérengère Primat, une femme dont la sensibilité pour la culture est inscrite dans l’ADN familial. C’est de sa voix douce et posée qu’elle nous a raconté, lors de la première interview qu’elle a accepté de donner, sa relation particulière à l’art aborigène australien. Son histoire est aussi intéressante que touchante, le résultat de son engagement : la preuve qu’amour, humilité et détermination peuvent être à l’origine d’incroyables expériences humaines, et artistiques aussi...

Célestin Clamra

Célestin Clamra

Collectionneur
Etats-Unis

Dans l’interview suivante, Clamra Célestin nous parle de son engagement de toute une vie dans l’art tribal africain, de son enfance au Tchad et de sa vie actuelle à New York et Paris. Ses premières expériences avec l’art comme instrument de guérison dépassent le champ de ce que les collectionneurs expérimentent généralement. Et ses observations sur les perspectives du collectionneur africain nous donnent matière à réflexion. La vie de Clamra comme collectionneur est sans nul doute un cas d’étude. Depuis ses premières années à acheter de la sculpture africaine contemporaine afin de satisfaire un goût pour l’art jusqu’à sa connaissance pointue de l’art tribal africain, son histoire contient plus de choses que nous n’en pouvons raconter ici. Comme pour beaucoup d’entre nous, il y a eu un moment décisif après lequel il a été à même de reconnaître l’art traditionnel. Dans son cas, cela s’est produit durant son apprentissage avec le célèbre collectionneur Werner Muensterberger. La détermination de Clamra comme collectionneur et gardien des ancêtres l’a libéré des conflits souvent rencontrés sur le chemin de tout collectionneur d’art tribal. Ses mémoires doivent paraître en anglais fin 2017 aux éditions Ohio University Press. La version française, "Fils du ciel : de Kindiri à Manhattan", a été publiée par l’Harmattan à Paris en 2011. Découvrez l'intégralité de l'interview de Clamra Célestin en téléchargeant le PDF ci-dessous ou rendez-vous sur https://youtu.be/Nswxxej4ioA pour en savoir plus!

Rosa Amorós

Rosa Amorós

Professeur
Espagne

Derrière l’apparence frêle et la discrétion de Rosa Amorós se cache une personnalité passionnante et passionnée dont les yeux s’enflamment à la simple évocation du mot « art ». Artiste reconnue dans son Espagne natale, sa vie s’est déroulée dans son studio de Barcelone, à l’Escola Massana, centre d’art et de design où elle a enseigné de 1971 à 2005 l’art de la céramique – discipline dans laquelle elle s’est certainement distinguée le plus comme créatrice –, et dans les musées, les salles d’exposition et les salons d’art. Avec Gustavo Gili, éditeur spécialisé dans la gravure d’artistes incontournables (Picasso, Miró, Saura, Michaux, pour n’en citer que quelques-uns) et les livres d’art, de design et d’architecture, dont elle a partagé les vingt dernières années de sa vie avant son décès en 2006, Rosa a constitué une collection d’art tribal aussi éclectique dans sa composition que cohérente dans son esprit.

Faith-dorian Wright

Faith-dorian Wright - Hommage

Collectionneur
Etats-Unis

Passionnée par l’art et dotée d’une grande énergie artistique, Faith-dorian Wright est née à Brooklyn, où elle a grandi avec un goût pour l’art inculqué par sa mère. Déjà reconnue pour son talent artistique au lycée, elle a été acceptée dans un programme spécial de New York pour les enfants doués, le premier de son genre à l’époque. De nature curieuse et investigatrice, la jeune fille qu’elle était a insisté pour étudier les sciences, un choix inhabituel pour une femme dans les années 1950, et a obtenu une licence en sciences à l’Université de New York en 1955. Elle a continué ses études, réussi une maîtrise d’arts à l’Université de New York et a poursuivi des études supérieures au Pratt Institute et à la Parsons School of Design. Elle a épousé l’avocat Martin Wright en 1955 et ils ont élevé ensemble leurs deux enfants. Elle a également poursuivi sa carrière d’artiste et ses oeuvres enrichissent les collections de grands musées à travers le monde. Son intérêt profond pour l’art tribal s’est développé à l’Université de New York, où elle a suivi l’enseignement de Robert Goldwater, le premier directeur du Museum of Primitive Art, et Hale Woodruff, l’artiste afro-américain, qui était également un collectionneur d’art africain. L’art tribal est devenu une source d’inspiration pour elle, et ce fut pour elle et Martin l’impulsion d’une passion profonde et commune pour la collecte dans ce domaine... Pour découvrir l'intégralité de cet article, téléchargez le PDF ci-dessous!

Federico Benthem

Federico Benthem - Hommage

Marchand
Espagne

Le 16 février 2017, Federico entreprit le voyage le plus intense de sa vie : celui vers l’au-delà. Né dans la ville andalouse de Malaga le 20 novembre 1944, Federico Benthem Gross était le petit-fils de Julia Loring Heredia, troisième marquise de la Casa Loring, et de Ricardo Gross Orueta, fondateur du Museo Loringiano de Arqueología de Malaga. De son grand-père, Federico reçut, alors qu’il n’était qu’un jeune enfant, un important don d’oeuvres d’art. Ce fut le début de sa vie de collectionneur ainsi que l’origine d’une passion sans bornes pour l’archéologie et les Antiquités qui le guida tout au long de sa vie. À dix-huit ans, Federico partit pour Barcelone pour y suivre des études d’architecture. Ce fut l’époque de ses premiers voyages dans le continent américain, où il visita le Pérou, et surtout le Mexique, ainsi que de la découverte des cultures pré-hispaniques, qu’il commença à collectionner activement. Aventurier infatigable, il parcourut le monde et développa un intérêt grandissant pour les cultures traditionnelles des Amériques, d’Afrique, d’Océanie et d’Asie. De cette fascination pour les arts et la culture surgit l’idée de se consacrer à l’activité de marchand d’art... Pour découvrir l'intégralité de cet article, téléchargez le PDF ci-dessous.

François Boulanger

François Boulanger

Collectionneur
Belgique

Pour François Boulanger, dont la silhouette bonhomme est connue de tous les marchands belges, « les collectionneurs ne sont pas prêts à apprécier à leur juste valeur les petites pièces ethnographiques ». C’est ainsi qu’il qualifie, avec la plus grande humilité, les oeuvres de sa collection aussi atypique qu’exceptionnelle. Au cours des vingt-cinq dernières années, soutenu par sa femme Françoise (pétillante compagne que bien des collectionneurs lui envieraient pour sa dévotion sans limite à la cause de la collection), François Boulanger a amassé pas moins de neuf cents oeuvres africaines. « Mais ce ne sont que de petits objets » se défend-il immédiatement, « des instruments de musique, cinq cents sanza – à une époque j’en ai possédé presque autant que Tervuren –, mais aussi des tambours, des sifflets »...

Voir toutes les personnalités (118 elem.)