News: Filtrer par dates
Entre le...
...et le...
News: Filtrer par types
Expositions
Salons/foires
Conférences
Ventes publiques
Signatures
*Décocher les types à exclure
News: Filtrer par thèmes
Antiquités
Archéologie
Art aborigène
Art africain
Art amérindien
Art asiatique
Art du sud-est asiatique
Art esquimau
Art indonésien
Art océanien
Art précolombien
Art tribal
*Décocher les thèmes à exclure
News: Filtrer par lieu
*Entrer une localisation géographique (un continent, un pays, un état ou une ville)
News: Filtrer par mot-clé
*Entrer votre mot-clé ci-dessus

News récentes

Tous (37)
A la une (8)
Filtrer par...
  • Date
  • .
  • Type
  • .
  • Thème
  • .
  • Lieu
  • .
  • Mot-clé
La collection Charles et Valérie Diker

La collection Charles et Valérie Diker

Du 04 Oct 2018 au 06 Oct 2019

Cet automne, deux expositions d’arts traditionnels originaires de deux régions du monde diamétralement opposées auront lieu au Metropolitan Museum of Art. La première s’intitule Art of Native America: The Charles and Valerie Diker Collection et prendra ses quartiers dans l’aile américaine du musée. Cent seize chefs-d’oeuvre témoignant du talent d’artistes issus de plus de cinquante cultures d’Amérique du Nord y seront installés. Couvrant une période allant du deuxième siècle au début du XXe, ces pièces sont des promesses de don, des donations et des prêts faits au Met par les collectionneurs pionniers Charles et Valerie Diker. Considérée depuis longtemps comme la collection privée d’art ancien amérindien la plus importante au monde, la collection Diker excelle particulièrement en matière de sculptures de Colombie-Britannique et d’Alaska, paniers de Californie, poterie des Pueblos du Sud-Ouest, dessins et vêtements des Indiens des Plaines, ainsi qu’en accessoires provenant des Woodlands de l’est.

Bon comme l'or

Bon comme l'or

Du 24 Oct 2018 au 24 Oct 2019

Dans les villes du Sénégal, les femmes coquettes se parent volontiers de bijoux pour exhiber leur élégance et leur prestige. Ancrée dans le concept wolof sanse (bien s’habiller, être élégant et se sentir bien), une nouvelle exposition de longue durée intitulée Good as Gold: Fashioning Senegalese Women sera à l’affiche au National Museum of African Art à partir du 24 octobre 2018 et se penchera sur la production, le port et la circulation de l’or au Sénégal. Elle sera également l’occasion d’approfondir d’autres notions plus larges telles que celles d’identité, de nation, de politique, de richesse et de préférence individuelle, et ce depuis un prisme essentiellement féminin. Conçue par Amanda M. Maples, conservatrice de l’art africain au North Caroline Museum of Art, l’exposition fera l’objet d’un article de fond dans notre édition Printemps 2019.

Atea

Atea

Du 19 Nov 2018 au 27 Oct 2019

Le 19 novembre 2018 dans les galeries dédiées aux arts d’Afrique, d’Océanie et des Amériques du MET, démarrera l'exposition Atea: Nature and Divinity in Polynesia. « Atea » est un terme polynésien qui désigne le moment où la lumière serait apparue pour la première fois, donnant naissance à la première génération des dieux. L’exposition mettra à l’honneur l’ingéniosité et la créativité des artistes polynésiens qui s’inspiraient du monde naturel pour matérialiser leur compréhension du divin. Elle présentera quelque trente objets issus de collections privées américaines ainsi que des pièces du Met – sculptures figuratives, étoffes d’écorce peintes, rares objets en plumes, etc. – datant de la fin du XVIIIe siècle jusqu’au XIXe siècle. L’installation permettra aux visiteurs de comprendre un principe fondamental de l’art du Pacifique : le divin n’est pas abstrait, mais bien vivant dans la nature.

Les derniers Kalash au musée des Confluences

Les derniers Kalash au musée des Confluences

Du 23 Oct 2018 au 01 Déc 2019

Fêtes himalayennes, les derniers Kalash, jusqu’au 1er décembre 2019, lève le voile sur une partie méconnue du peuple pakistanais, une première pour un musée français. Grâce au travail de deux chercheurs et photographes lyonnais dans la seconde moitié du XXe siècle, le musée des Confluences révèle les croyances et coutumes kalash, une communauté de quelque trois mille habitants vivant dans les montagnes à l’opposé de nos modes de fonctionnement et de consommation. L’exposition raconte l’aventure de ces néo-ethnologues à la croisée des mondes et des religions et à la découverte de pratiques religieuses jusque-là inconnues : un monde peuplé de fées bienfaitrices appelées suchi, parsemé de fêtes rituelles en hommage aux dieux, ou célébrant la générosité des Grands hommes. En résulte un art empli de symbolisme, comme le cavalier au cheval à deux têtes, qui récompense le plus généreux des hommes, et un artisanat textile riche, fruit du travail des femmes. Sans parler du patrimoine culturel immatériel : une langue unique, des rites ancestraux païens extrêmement codifiés et dictés par les divinités, une omniprésence des chamans. Une vie somme toute bien remplie qui tourne autour d’une spiritualité débordante et d’une nécessité de vivre dans un climat contraignant. Ce patrimoine méconnu repose désormais entre les mains de l’institution, manifestant une fois encore à quel point les musées sont les dépositaires de la mémoire humaine, matérielle et immatérielle. Une occasion d’observer également comment une société recluse s’adapte progressivement au monde extérieur, en accommodant ses rites aux religions venues de l’extérieur comme l’islam, et tente de conserver la fierté d’un peuple tout en se conformant aux codes établis de la modernité.

L'impermanence des choses

L'impermanence des choses

Du 26 Nov 2017 au 31 Déc 2019

Après de longs mois de travaux, le musée d’ethnographie de Neuchâtel a inauguré fin 2017 une nouvelle exposition de référence à la Villa de Pury. L’institution a revu entièrement ses espaces et ses fonds et s’est demandé comment rendre compte de leur richesse sans les enfermer dans une logique ethnographique, géographique, ethnique ou fonctionnelle. Elle s’est interrogé sur les questions soulevées par les collections ethnographiques au XXIe siècle et sur leur pertinence pour interpréter le présent. "L’impermanence des choses" se compose de neuf espaces modulaires dans lesquels les collections du musée sont mises en perspective avec des questions contemporaines. Ainsi, dans la section "Au-delà", la momie de Nakht-ta-Netjeret illustre un vieux rêve : traquer le savoir au-delà de la surface des choses. Des poids ashanti servant à peser l’or font référence, dans la partie "Poids", au fardeau moral renvoyant à l’histoire coloniale des collections ethnographiques, aux rapports de force entre les peuples et au poids de l’accumulation obsessionnelle d’objets, de savoirs et d’archives. Le visiteur peut également parcourir les salles "Acteurs", "Ambassades", "Bazar", "Artistes" ou encore "Regards". Tout au long du parcours, il lui est rappelé que les êtres humains et les biens matériels ne cessent de se transformer, tout comme le regard porté sur eux.

Les Américains

Les Américains

Du 18 Janv 2018 au 01 Janv 2022

Les images, les noms et les récits liés aux Amérindiens sont ancrés dans l’histoire et la vie contemporaine des États-Unis. Leur image est partout, de la jeune Indienne ornant les paquets de beurre Land O’Lakes à la mascotte de l’équipe de baseball des Cleveland Indians, en passant par des classiques du western, des épisodes de la série Seinfeld ou encore du dessin animé South Park. Les noms à consonance amérindienne abondent eux aussi, portés par des États, des villes, des rues et même le missile Tomahawk. Certains événements historiques, comme la vie de Pocahontas ou la bataille de Little Bighorn, demeurent quant à eux des références populaires. Répandues, puissantes et parfois dévalorisantes, toutes ces références nous montrent comment les Indiens ont été intégrés, de manière inattendue, à l’histoire, à la culture populaire et à l’identité des États-Unis. L’exposition "Americans" met en lumière les différentes façons dont les Indiens d’Amérique ont fait partie de l’identité des États-Unis bien avant la naissance du pays. Les objets exposés vont d’une Indian Chief de 1948 à des illustrations commerciales et articles promotionnels puisant dans l’imagerie indienne, en passant par des artefacts amérindiens associés à la bataille de Little Bighorn, un événement qui, contre toute attente, a contribué à ancrer "l’image de marque" des Indiens dans l’imaginaire occidental.

Retour de trésors Alutiiq

Retour de trésors Alutiiq

Du 09 Juill 2018 au 01 Avr 2023

Le 9 juillet dernier, le Alutiiq Museum célébrait l’arrivée d’une livraison toute particulière : tout droit venus du musée de Boulogne-sur-Mer, deux masques cérémoniaux Kodiak Alutiiq de la collection Alphonse Pinart (XIXe siècle) font leur retour sur leur terre natale. Un retour à la terre qui fait partie d’un partenariat d’échanges culturels entre les deux pays : deux masques similaires partent pour la France pour un prêt de cinq ans. Une belle histoire de reconnaissance culturelle et de partage. Les masques seront exposés jusqu’en avril 2023.