News: Filtrer par dates
Entre le...
...et le...
News: Filtrer par types
Expositions
Salons/foires
Conférences
Ventes publiques
Signatures
*Décocher les types à exclure
News: Filtrer par thèmes
Antiquités
Archéologie
Art aborigène
Art africain
Art amérindien
Art asiatique
Art du sud-est asiatique
Art esquimau
Art indonésien
Art océanien
Art précolombien
Art tribal
*Décocher les thèmes à exclure
News: Filtrer par lieu
*Entrer une localisation géographique (un continent, un pays, un état ou une ville)
News: Filtrer par mot-clé
*Entrer votre mot-clé ci-dessus

News récentes

Tous (47)
A la une (8)
Filtrer par...
  • Date
  • .
  • Type
  • .
  • Thème
  • .
  • Lieu
  • .
  • Mot-clé
Vente de la Collection Andrault par De Baecque et Associés

Vente de la Collection Andrault par De Baecque et Associés

Du 25 Juin 2018 au 26 Juin 2018

L’hôtel Drouot verra la dispersion, le lundi 25 et le mardi 26 juin, sous la houlette de l’étude De Baecque et associés, de la collection de Michel et Catherine Andrault. Ce couple d’artistes – lui, architecte et sculpteur, et elle, excellant dans l’art de la céramique et de l’aquarelle – est à l’origine d’une vaste collection d’art tribal, qu’ils ont fait évoluer pendant près de cinquante ans, au gré de leurs nombreux voyages à travers le monde. Les amateurs qui assisteront à la vente y trouveront une grande variété de typologies et de provenances, témoignant d’une curiosité sans bornes et d’une sensibilité esthétique toute particulière.

Vente d'art ethnographique à Dallas

Vente d'art ethnographique à Dallas

Le 26 Juin 2018

Un livre comprenant trente-trois dessins de l’artiste Kiowa Etahdleuh Doanmoe (Hunting Boy) et un assortiment d’oeuvres d’art olmèque sont parmi les points forts de la vente aux enchères d’art ethnographique Heritage qui aura lieu à Dallas le 26 juin 2018. Cette dernière, riche d’environ six cents lots, présentera une grande variété de poteries, de paniers, de tissages, de perlages, de peintures et de sculptures. Le carnet de Hunting Boy présente des descriptions colorées des expériences de vie de l’artiste allant des scènes de chasse aux scènes de bataille et autres souvenirs de la vie d’Etahdleuh en tant qu’homme libre, mélangé avec des vues de la vie au Fort Marion, où il a été incarcéré pendant trois ans. Le livre a été en mains privées durant les cent quarante-deux dernières années. La vente comprend également un ensemble de lots de jade olmèque, notamment une masquette de jade, un collier avec de grandes perles, une fi gure de jade assise, un sceptre de jade, et trois plaques de ceinture. Une mousseline peinte Blackfoot porte l’inscription « Histoire des faits de ‘Big Spring’ » et une paire de fi gures dan de Côte d’Ivoire fi gure également parmi les pièces majeures.

Vente Collection Durand-Dessert

Vente Collection Durand-Dessert

Du 22 Juin 2018 au 27 Juin 2018

Le 27 juin prochain, Christie’s aura le privilège de proposer aux enchères une collection d’art africain parmi les plus singulières qui soient : celle de Michel et Liliane Durand-Dessert. Bien ancrée encore dans l’esprit de tous les amateurs après sa présentation publique en 2004 lors de L’art au futur antérieur au musée de Grenoble, puis dans le magnifique écrin de la Monnaie de Paris, sous le titre de Fragments du vivant : La collection d’art africain de Liliane et Michel Durand-Dessert, à l’occasion de Parcours des mondes 2008, cette réunion de pièces majeures témoigne d’une réflexion intime sur l’art et d’un goût aussi avant-gardiste que personnel de ce couple de grand connaisseurs. La vente de Christie’s comprendra cent cinq lots, estimés globalement entre sept et onze millions d’euros, parmi lesquels des chefs-d’oeuvre incontournables dans leur genre. Nous pensons bien évidemment à la fameuse statue mbembe du Nigeria, dont l’aspect érodé témoigne autant de son ancienneté que de son exposition prolongée aux intempéries, ainsi qu’à la « tête de prêtresse » fon (Bénin) découverte en 1928 à Abomey et ayant appartenu, par la suite à Louis Carré, ou encore la statue bassa (Liberia) unique en son genre, incluse dans l’ouvrage de 1988 : L’art Africain (Mazenod).

Le peuple de la vallée

Le peuple de la vallée

Du 18 Janv 2018 au 02 Juill 2018

Le musée de l’Homme vous fait découvrir la vie de l’ethnie Palawan à travers les clichés de Pierre de Vallombreuse. Retirée dans une vallée de l’île du même nom, au sud-ouest des Philippines, cette petite communauté d’agriculteurs et de chasseurs cueilleurs était autrefois très isolée. Mais dans les années 1990, une route fut percée le long de la côte, engendrant un afflux de migrants venus du reste de l’archipel philippin et bouleversant leur environnement et leur mode de vie. Aujourd’hui, les Palawan font face à un autre obstacle : les intérêts de grandes compagnies industrielles. Dans "Le peuple de la vallée", Pierre de Vallombreuse, qui a vécu plus de trois ans et demi avec les Palawan, livre des portraits intimes de ce peuple et de sa relation forte avec une nature majestueuse.

Masterpiece London

Masterpiece London

Du 28 Juin 2018 au 04 Juill 2018

Sous-titré «The Unmissable Art Fair», Masterpiece London aura lieu du 28 juin au 4 juillet 2018 au Royal Hospital de Chelsea, offrant aux visiteurs la possibilité de voir et d’acheter les plus belles oeuvres d’art, de design, de mobilier et de bijoux de l’antiquité à nos jours. Le salon offre une occasion unique pour les collectionneurs nouveaux et confirmés de découvrir des oeuvres exceptionnelles en vente à travers une gamme de cent soixante exposants internationaux. Parmi les exposants, Patrick & Ondine Mestdagh, de Bruxelles, apporteront une collection d’armes anciennes, de bijoux et d’objets ethnographiques; Finch & Co. de Londres exposera un éclectique cabinet de curiosités d’oeuvres d’art et d’artefacts qui comprendra des objets ethnographiques, des antiquités, des spécimens d’histoire naturelle et des curiosités mais également Yann Ferrandin qui participe pour la première fois.

Pierre Dartevelle, 50 ans de collection

Pierre Dartevelle, 50 ans de collection

Du 24 Mai 2018 au 06 Juill 2018

Cette exposition nous invite à découvrir pour la première fois l’exceptionnelle collection de l’ancien marchand Pierre Dartevelle. Grand arpenteur de l’Afrique Centrale à partir du milieu des années 1960, Dartevelle fut notamment le découvreur de la statuaire hemba. La centaine d’objets réunie ici nous plonge dans les régions du Congo comme le Shaba, le Kasaï et bien sûr le Bas-Congo qui constitue un des socles de la collection. Sculptures songye, masques lega, fétiches Bas-Congo, objets en bois, bronzes ou ivoires et spectaculaires effigies nous permettent de saisir la passion d’un homme pour les arts de l’Afrique ancienne. On retrouve à la manoeuvre Laurent Jacob, qui avait assuré en 2010 le co-commissariat de l’exposition Edmond Dartevelle, père de Pierre, au Musée Président Jacques Chirac. Il est accompagné dans cette aventure par Tim Teuten, de chez Lempertz, où se déroule l’exposition, qui apporte son expertise scientifique.

Enclaves polynésiennes à la galerie Voyageurs & Curieux

Enclaves polynésiennes à la galerie Voyageurs & Curieux

Du 01 Juin 2018 au 07 Juill 2018

La galerie Voyageurs & Curieux dirigée par Jean-Édouard Carlier fera parler d’elle avec sa prochaine exposition, prévue du 1er juin au 7 juillet prochain. Intitulée Les Enclaves Polynésiennes, cet événement rend hommage à cette culture marginale et inclassable établie sur des petites îles à l’intérieur de la Mélanésie et de la Micronésie et ayant suivi des mouvements migratoires inverses par rapport au sens classique de peuplement des mers du Sud. Lances, appuie- nuques, parures, réceptacles divers et bien d’autres objets utilitaires en bois, écorce, coquillages, écaille de tortue, seront offerts à l’appréciation des visiteurs dans toute la splendeur de leurs formes épurées manifestant un sens de la ligne sans égal. Un catalogue très richement illustré sortira pour l’occasion.

Culture et art des Seminoles

Culture et art des Seminoles

Du 22 Mars 2018 au 08 Juill 2018

Contrairement aux Tequesta ou même à leurs ancêtres les Creeks, les Séminoles de Floride ne sont pas un peuple particulièrement ancien. Ils ont émergé de divers groupes amérindiens ayant migré vers le Sud pour rejoindre les Everglades il y a environ deux siècles. Ils sont à l’image du sud de la Floride, d’ascendance métissée et multiculturelle. Les Séminoles ont développé leur culture unique dans un environnement extrême, la River of Grass, et sont restés farouchement indépendants. C’est la seule tribu autochtone à n’avoir jamais signé une quelconque traité avec le gouvernement des États-Unis. "Enduring Beauty: Seminole Art and Culture" à l'Orlando museum of Art présentera des ornements traditionnels et des objets d’artisanat produits par les Séminoles du début du XIXe siècle au milieu du XXe siècle, mis en évidence par d’anciennes peintures, lithographies et photos qui documentent des individus, des familles et le mode de vie séminole au cours des deux derniers siècles. Puisant dans la collection d’I. S. K. Reeves V et Sara W. Reeves, l’exposition comprend des sacs en bandoulière brodés et perlés, des mocassins, des écharpes et des jambières, des chemises et vestes d’hommes, ainsi que des jupes et capes de femmes, toutes ornées de motifs traditionnels appliqués, brodés et en patchwork, des colliers de perles, des paniers et des poupées costumées. Plus d'infos sur : www.omart.org.

LACMA

LACMA

Du 12 Avr 2018 au 09 Juill 2018

Les habitants de l’ancienne Mésoamérique transformaient leurs corps afi n de refl éter leurs rôles dans la société et d’accéder à des pouvoirs métaphysiques. Progressives ou soudaines, ces transformations corporelles pouvaient se manifester par des changements dans des parties du corps ou par le port d’accessoires prestigieux. Expression visible des liens entre le monde et d’autres dimensions surnaturelles, le corps transformé traduisait, voire cultivait les relations avec les autres humains, les animaux et les êtres surnaturels. Ancient Bodies: Transformation, Personhood, and Power in Mesoamerica, à l’affiche au Los Angeles County Museum of Art (LACMA) jusqu’au 9 juillet 2018, examine des sculptures fi guratives de la collection du musée afin de présenter le phénomène de transformation dans toute son ampleur. En mettant l’accent sur les cycles de la vie, sur les canons de beauté, la guerre et le sport, ainsi que sur les rites funéraires, l’installation dévoile les différents niveaux de la transformation, de quelle manière elle se manifestait à travers les relations au temps et aux autres êtres. Le LACMA propose également une nouvelle exposition temporaire consacrée aux textiles océaniens dans les galeries du Pacifique. Ces textiles sont majoritairement des tapa (kapa dans l’archipel d’Hawaï), obtenus habituellement en écrasant l’écorce interne du mûrier à papier, même si d’autres arbres peuvent être utilisés. Les différents motifs peints sur les feuilles ainsi obtenues sont typiques de diverses régions du Pacifi que et peuvent être appliqués au pochoir, au poinçon, peints à la main ou teints. Les produits fi nis servaient souvent d’objets de prestige et de troc, et étaient également utilisés pour témoigner de la virtuosité des artistes. De grands rouleaux de tapa étaient confectionnés à l’occasion de présentations de cadeaux ou en guise de vêtements lors de cérémonies comme les intronisations ou les mariages. L’installation comprend des oeuvres de grande valeur historique, comme un kapa hawaïen collecté en 1778 par John Webber, l’artiste qui accompagna le capitaine James Cook dans sa troisième et dernière expédition. Les textiles sont agencés le long de la remarquable collection du musée dédiée aux sculptures du Pacifi que, dont beaucoup proviennent de l’ancienne collection Masco, de renommée internationale.

La femme araignée

La femme araignée

Du 17 Mars 2018 au 22 Juill 2018

Selon la tradition orale des Diné (le nom que les Navajos privilégient pour s’identifier), une puissante héroïne connue comme « Femme Araignée » a jadis appris l’art du tissage aux femmes. Une exposition organisée au Philbrook Museum s’intéresse à l’enseignement de la Femme Araignée à travers divers tissages diné appartenant au musée. À l’aide d’un large éventail de styles, qui varient selon les communautés et les artistes, les tisserandes matérialisent le concept du hozhó au moyen d’une palette de couleurs, de motifs et de dessins. Le point commun des oeuvres créées réside dans le soin et la précision apportés au travail du fil, dans le tissage serré et dans l’équilibre général de la conception. Spider Woman Was Here: Diné Weavings from the Philbrook Collection est à l’affiche jusqu’au 22 juillet 2018. Le Philbrook propose par ailleurs une exposition consacrée au papillon. Symbole majeur au sein de nombreuses cultures, le papillon peut tour à tour représenter la beauté, l’éphémère, la renaissance et l’âme. Il joue également un rôle fondamental dans le monde naturel, transportant le pollen de fl eur en fleur. Des objets provenant des quatre coins du monde, livrent un point de vue interculturel sur le thème du papillon à la faveur de l’exposition Flutter: Butterflies from the Philbrook Collection, visible au musée jusqu’au 14 juillet 2018.